Le lapin du bonheur

Avec une participation graphique de Eric Demelis

En progression…

Le Lapin du bonheur possède comme personne l’art de danser la valse avec les cavalières imaginaires les plus extravagantes

Certains escargots de l’Apocalypse font graver sur leurs coquilles de minuscules hiéroglyphes tandis que d’autres, plus extravertis, les couvrent eux-mêmes d’obscénités criardes

Le Lapin du bonheur, plutôt bon vivant, assez insouciant et peu rancunier redoute même d’écraser par mégarde un escargot de l’Apocalypse…

Très couru, d’autant plus qu’il est mal vu de s’en abstenir, le rassemblement annuel des escargots de l’Apocalypse dure une semaine : ils se mettent en route parfois longtemps à l’avance et lorsqu’ils viennent de très loin cette migration peut prendre plusieurs mois.

Le Lapin du bonheur ne s’ennuie jamais et même de moins en moins!

Les escargots de l’Apocalypse se déplacent généralement par petits groupes de dix ou quinze individus et lorsque le terrain devient trop escarpé ou dangereux les plus expérimentés prennent tour à tour la tête du convoi.

Le Lapin du bonheur ne manque jamais de profiter de l’ivresse que provoque en lui le passage rapide du vent entre ses deux oreilles…

Pour survivre aux rigueurs de l’hiver les escargots de l’Apocalypse se regroupent provisoirement en colonies semi-sédentaires pouvant comporter jusqu’à une centaine d’individus.

Le Lapin du bonheur parle peu et s’il le fait c’est en général parce qu’il le juge indispensable. Cependant il sait très bien, si nécessaire, se faire comprendre avec ses oreilles, ses moustaches ou même sa queue!

Lorsqu’il se repose au fond de son terrier, écoutant volontiers l’un de ses vinyles favoris le Lapin du bonheur se félicite de n’avoir encore jamais laissé échapper la moindre donnée personnelle concernant ses goûts en matière de carottes, ses vinyles favoris ou bien ses itinéraires de déplacement préférés.

On a même pu observer des d’escargots de l’Apocalypse congelés, dérivant en apesanteur et ceci jusqu’aux aux ultimes confins de l’Univers…

Quand le Lapin du bonheur se rend chez sa Lapine bien aimée il n’oublie jamais d’apporter une ou deux bottes de délicieuses carottes parfumées et c’est alors une vraie farandole, une véritable débauche de folles cabrioles!

Certains escargots de l’Apocalypse finissent leurs vies totalement isolés et solitaires, mâchant et remâchant de sombres pensées…

S’il arrive au Lapin du bonheur de se rendre au supermarché il n’en est jamais fier et s’y attarde le moins possible surtout s’il tombe sur un amoncellement de carottes prisonnières, entassées et étouffant dans leurs emballages de plastique.

Les escargots de l’Apocalypse ne semblent jamais pressés comme s’ils étaient convaincus que, quoi qu’il arrive, le temps travaille pour eux…

Le Lapin du bonheur parle mais salue tout de même volontiers, parfois avec ses seules oreilles, ceux qu’il croise lors de ses promenades quotidiennes. Par contre, lorsqu’il rend visite à son ami le Lièvre dans la Lune il peut devenir très loquace!

Parlant peu, comme il a été déjà dit, le Lapin du bonheur s’entretient tout de même volontiers avec les livres qu’il récupère et collectionne en les mettant à l’abri au fond de son terrier.

Lors de chacun de leurs rassemblement annuels les escargots de l’Apocalypse ne manquent jamais de plébisciter leur Grand Leader et de le reconduire une fois encore au poste de Grand Leader.

Le système de transmission de pensée propre aux escargots de l’Apocalypse n’étant pas au point il leur arrive de recevoir des messages mentaux dont ils ne peuvent découvrit la provenance. Rien n’a encore été prouvé mais il est probable que le Grand Leader lui-même ne manque pas d’exploiter ce dysfonctionnement pour faire circuler et entretenir nombre de rumeurs, calomnies et autres fausses nouvelles.

Une fois par an, de préférence l’été, le Lapin du bonheur et son ami le Lièvre dans la Lune organisent un pique nique au bord d’un lac d’altitude situé à peu près à égales distances de leurs terriers respectifs. C’est Le Lièvre dans la Lune qui décide de la date car ses connaissances en météorologie sont bien meilleures et le moment venu il prévient son ami grâce aux services d’un pigeon voyageur.

Les escargots de l’Apocalypse ne comprennent rien aux minuscules hiéroglyphes qu’il font graver sur leurs coquilles par des graveurs itinérants qui, eux-mêmes, n’y comprennent rien et qu’ils proposent à l’aide de catalogues…

Parfois le Lapin du Bonheur distribue certains livres à droite et à gauche, pour faire de la place aux nouveaux venus.

Le Lapin du bonheur est-il philosophe? La question agite et divise même les milieux les plus savants : ce qui est sûr c’est que lui-même ne s’est jamais encore prononcé sur la question.

Lorsqu’un escargots de l’Apocalypse trouve un hiéroglyphe qui lui plait il a tendance à le faire graver à l’identique en différents endroits de sa coquille…

Quand Lapin du bonheur, toujours curieux, ouvrit le livre qu’il venait de récupérer au bord d’un chemin il fut étonné de s’apercevoir qu’un des récit qu’il contenait était intitulé « Le Terrier ». Après l’avoir lu et bien rigolé il se dit que, s’il avait pu, il aurait aimé rencontrer son auteur pour l’interroger et lui demander où il était allé chercher tout ça!

Certains se demanderont peut-être comment le Lapin du Bonheur ou bien le Lièvre dans la Lune font pour prévenir le pigeon voyageur qu’ils ont un courrier à envoyer et la question est d’autant plus pertinente qu’en effet le pigeon voyage assez souvent pour porter des lettres voire de petits paquets n’excédant pas une centaine de grammes. Force nous est d’admettre qu’en l’état de nos connaissances nous ne pourrions répondre que par des conjectures très hasardeuses.

Les escargots de l’Apocalypse sont tous très conformistes et pas très courageux mais ont peu de chance de s’en apercevoir un jour étant chacun intimement convaincu de posséder un grand courage et une véritable originalité.

Lorsque le Lapin du Bonheur écrit à son ami le Lièvre dans la Lune il utilise un porte plume en bois, une plume Sergent Major et de l’encre bleu nuit. Il ne lui est pas toujours facile de se réapprovisionner aussi conserve-t-il toujours une petite réserve d’avance. Ceci dit n’étant graphomane ni l’un ni l’autre ils ne s’écrivent que deux ou trois fois par ans, toujours entre deux visites. Le Lièvre Dans la Lune a, quant à lui, opté pour le stylo à bille à quatre couleurs.

En recouvrant leurs coquilles de graffitis criards et parfois même obscènes les escargots de l’Apocalypse se prennent pour des rebelles sans se rendre compte qu’ils utilisent tous les mêmes formes ou les mêmes symboles stéréotypés.

Le Lapin du bonheur et sa Lapine bien aimée ont eu, au cours de leurs années de vie commune, d’assez nombreux petits lapins qui, aujourd’hui, sont tous partis vivre ailleurs et parfois même très loin. Le Lapin du bonheur sait qu’il ne les reverra pas et en est un peu triste mais il se dit que c’est peut-être mieux ainsi…

Lorsqu’ils viennent au monde les petits escargots de l’Apocalypse sont rapidement pris en charge par le groupe. cela leur évite d’avoir à surmonter les inévitables conflits affectifs d’une vie familiale trop renfermée.

Le Grand Leader Escargot se préoccupe surtout de se faire acclamer plusieurs fois lors du rassemblement annuel des escargots de l’Apocalypse. Il se préoccupe aussi d’entretenir chez eux l’espoir qu’un jour ils attraperont le Lapin du bonheur et parviendront enfin à le ligoter.

Le Grand Leader escargot décide seul du du lieu du rassemblement annuel des escargots de l’Apocalypse, lieu qu’il change chaque année selon son caprice ou pour des raisons qui restent obscures. Chaque année c’est donc une attente fiévreuse de cette décision qui a toujours de grandes conséquences notamment pour ceux des escargots qui doivent se mettre immédiatement en route. Parfois le Grand Leader choisit le même lieu plusieurs fois de suite…

Pendant les mois d’hiver le Lapin du Bonheur entre dans une relative léthargie : il dort beaucoup et, même réveillé, il reste dans une certaine torpeur. S’il ouvre un livre il reste sur la même page en relisant indéfiniment le même passage et s’il écoute un de ses vinyles favoris il s’endort au bout d’un moment et même au milieu d’une chanson de Bob Dylan! Quand le printemps approche il retrouve progressivement son énergie et la mémoire des bonnes choses de la vie qui l’attendent encore.

Le Lapin du Bonheur ne pourrait dire quel age il a exactement.

Le Grand leader Escargot utilise la transmission de pensée pour répandre et entretenir des rumeurs et des calomnies au sujet du Lapin du Bonheur et de sa vie Privée. Comme la vie sexuelle et affective des escargots de l’Apocalypse est chez eux à l’origine d’assez nombreux tabous et refoulements ceux-ci, en conséquence, conçoivent une sorte de rancune jalouse qui motive leur projet assez démesuré de capturer et de ligoter le Lapin du Bonheur.

La Lapine rend parfois visite au Lapin du Bonheur. Elle ne le fait jamais en hiver puisqu’elle est elle-même alors dans une semi hibernation mais volontiers au printemps. Elle vient généralement en début de soirée parce qu’elle sait que le Lapin du Bonheur est souvent chez lui à ce moment de la journée et parfois sans rien faire d’autre qu’écouter vaguement les bruits venus du dehors. Il leur est ainsi arrivé plus d’une fois de bien rire en évoquant quelque anecdote de leur vie commune passée…

Le Lapin du bonheur a aménagé depuis quelque temps dans son terrier un espace dédié à la gymnastique qu’il pratique régulièrement et particulièrement au printemps après sa semi-hibernation des mois d’hiver. Cela lui permet notamment, par une suite de mouvements appropriés, d’entretenir la mobilité et la souplesse de ses oreilles qu’il doit parfois pouvoir orienter rapidement dans plusieurs directions successives….

Les escargots de l’Apocalypse pensent-ils vraiment et peut-on, chez eux, parler de transmission de pensée? On peut raisonnablement en douter même si, par contre, tout porte à croire qu’ils sont chacun persuadés et même fiers de pouvoir le faire à volonté, particulièrement bien et probablement mieux que l’ensemble des autres escargots de l’Apocalypse.

A suivre…