A l’affiche!

De nouvelles « Lampes de Poches » sont régulièrement ajoutées, à la suite, dans la rubrique correspondante…

Quoi qu’il en soit le sourire du Bouddha restera toujours particulièrement séduisant et apaisant pour celui qui continue à hésiter entre Socrate et Geronimo

2020

Axe de nos doutes, oscillations de la certitude…

La laïcité de l’État, toujours à nouveau à consolider ou à défendre est bien cette indispensable case ou structure formelle très précisément réglée pour accueillir et défendre, dans certaines limites reconnues légitimes, non seulement l’expression des plus surprenantes croyances ou convictions comme de l’incrédulité la plus radicale mais encore celle des critiques les plus incisives ou des commentaires les plus dérangeants de ces mêmes convictions ou de cette même absence de conviction. Les limites fixées sont celles d’une censure politique de l’expression publique dont le premier principe ne peut être qu’une défense des conditions de possibilité du fonctionnement de la Délibération continuée, légitime et légitimante. Ce principe est donc celui de la reconnaissance d’un droit naturel de chacun à la plus libre expression possible de ses propres convictions ou de son absence de conviction dans le respect du même droits pour les autres. Ce principe inclut nécessairement et logiquement le le respect des procédures permettant à chacun de pouvoir, lorsque les moyens techniques le permettent, contrôler ou tester rationnellement les vérités en discussion et de rendre publiques les éventuels résultats de ces contrôles ou de ces tests. Il s’agir aussi de pouvoir contrôler et éventuellement interdire et repousser l’expression publique de ceux qui se présenteront ou qu’on reconnaîtra comme des ennemis de cette même Délibération. Ajoutons en outre que cette limite ou censure politiquement déterminée de la liberté de s’exprimer publiquement doit néanmoins reconnaître et respecter une liberté d’ordre moral et spirituel dont il appartient à chacun de prendre la responsabilité en en mesurant l’étendue et cela tout particulièrement dans l’espace réservé aux relations intimes, aux caprices et à la fantaisie de chacun.

Qu’est-ce que la liberté sinon la possibilité de prolonger encore un moment tantôt tâtonnant et trébuchant et tantôt tournoyant et virevoltant en d’improbables acrobaties mentales ou spirituelles l’irremplaçable parcours d’un imprévisible, indispensable et double labyrinthe à Ciel Ouvert et à Claire Voie.

L’agitation populaire et l’effervescence de son expression spontanée manifestent la vivacité d’une liberté naturelle toujours disponible et vers laquelle chacun peut constamment revenir pour se ressourcer. Cette agitation et cette effervescence sont bien, en outre et à eux Seules, l’essentiel de cet indispensable courant d’énergie qui, d’un côté alimente la Délibération en en provoquant constamment le conflictuel renouvellement et, de l’autre, ne cesse de menacer et de mettre à l’épreuve la résistance du cadre nécessaire à la continuation légitime de cette même Délibération.

A l’extrême Bord pas moins qu’au Centre indéfiniment déplacé de l’Unique et interminable Danse du plus Grand et du plus Généreux Hasard nombreux sont les as de côté, les pas de travers et les pas définitivement perdus

Les architectes et autres modernes urbanistes devront bien un jour renoncer à ce fantasme de toute puissance technique et de maitrise totale de la nature et de l’environnement qui les habite pour lui préférer la perspective d’une réalisation urbaine et environnementale plus aléatoire, plus indécise et plus ouverte tout autant à ce dépérissement ou à cette désagrégation naturels auxquels nul vivant n’échappe qu’à cette capacité de renouvellement, de métamorphose et d’invention dont chacun de ces mêmes vivants est lui-même une expression singulière…

Ceux qui nous ont conçus ne sont pas nécessairement ceux qui nous ont nourris, ceux qui nous ont nourris ne sont pas nécessairement ceux qui nous ont fait grandir, ceux qui nus ont fait grandir ne sont pas nécessairement ceux qui nous ont préparés et Ouverts à l’accueil de tous ces messages et messagers venus des quatre coins de l’Horizon…

Que l’abri de nos racines soit aussi celui de notre fantaisie!

Chacun peut et même doit, s’il soumet sa liberté naturelle à certaines contraintes jugées nécessaires et légitimes par la Délibération, se considérer lui-même comme membre du peuple des citoyens. C’est une autre affaire s’il revendique au nom de ce peuple sans posséder de mandat pour le faire et en contestant la nécessité d’un tel mandat car alors il conteste aussi la légitimité de la délibération qui est au fondement de ce même mandat. Deux possibilités peuvent alors être distinguées: soit cet individu se contente d’exprimer sa revendication en restant par ailleurs dans les limites de la liberté citoyenne reconnue, soit il s’exprime et agit en s’opposant à ces limites et en en contestant la légitimité au-delà de la simple liberté d’expression. Dans cette seconde hypothèse il peut, individuellement ou collectivement, soit mener sa contestation ouvertement et en s’exposant la répression, soit clandestinement. Si cette contestation se fait au grand jour et si le cadre démocratique résiste une telle contestation peut être résolue grâce à la délibération et notamment par une décision légitime. C’est dans une telle perspective que s’inscrit ce qu’il est historiquement convenu d’appeler désobéissance civile. Si, au contraire, la légitimité d’une telle solution, respectant le cadre civil reconnu de la Délibération légitime et légitimante est elle-même contestée et repoussée par des moyens pouvant être violents alors le conflit peut se renforcer et s’étendre jusqu’à aboutir à une véritable guerre civile.

Continuant de de nous faire signe, de nous narguer même pour mieux nous attirer avant de nous filer entre les doigts l’Ultime et insaisissable Vérité restera jusqu’au bout la plus sûre messagère et la plus fidèle alliée de l’Ultime et bienveillante Sagesse

L’Omniprésence du Grand Vide est le Seul ressort caché d’un Oubli qui nous fuit autant qu’il nous apaise…

N’appréhendons-nous pas surtout d’entendre ce qui pourrait menacer d’affaiblie ou de saper, voire de détruire complètement ces convictions jalousement gardées et savamment entretenues grâce auxquelles nous conservons l’espoir fou de pouvoir danser encore un moment au beau Milieu d’un Vide aussi infiniment accueillant qu’éternellement Indifférent

A l’impossible et Grand Amour de savoir intégrer toutes ces variantes et variations, distorsions et autres improbables dissonances que lui réserve déjà l’imprévisible et très inconséquente Générosité du plus Grand des Hasards

La part inconsciente de l’incessante activité d’une pensée de bout en bout prisonnière d’un inextricable réseau de neurones enchevêtrés est d’un fonctionnement tellement rapide et d’une si implacable et parfaite synchronicité que, pour la partie consciente de cette même pensée il semble bien que l’idéal ne puisse être que de réussir une sorte de surf ou pour être plus exact un heureux enchaînement de glissades et de vols planés!

Notre identité mentale ou spirituelle ne tient-elle pas toute entière dans la cartographie d’un Vide qui ne cesse de nous entourer et de nous traverser pour mieux nous délayer, nous diluer et nous absorber?

Le despotisme ne saurait être une solution ni efficace ni surtout durable contre une bêtise qui nous menace déjà depuis si longtemps et notamment de l’intérieur!

La séduisante fiction d’un despotisme qui serait enfin éclairé et bienveillant n’est assurément qu’un masque ou un leurre utilisé pour détourner l’attention des véritables intention du despote réel tandis que le défi d’une démocratie directe et permanente reste l’impossible aiguillon de toute démocratie digne de ce Nom.

L’Horizon d’Universalité qui, toujours à nouveau, guide les zigzagantes avancées de la science et des techniques qui peuvent en découler nous aura plus d’une fois permis de sauter dans le Vide à la rencontre des imprévisibles et stimulants Caprices du plus Grand, du plus inconséquent et du plus Généreux des Hasards

Le dess(e)in partagé d’un Unique réseau d’imprévisibles et très ensorcelantes caresses est la Seule géométrie qui vaille à l’Horizon de l’impossible et Grand Amour

L’échange et le partage, l’enroulement puis le déroulement d’un toujours très surprenant et très inventif réseau d’interminables caresses est comme l’écriture improvisée d’un Unique Silence qui, logé au cœur indéfiniment déplacé de chaque labyrinthe, n’aura cessé de nous attirer pour mieux nous mélanger et nous absorber en nous diluant et de la tête aux pieds!