A l’affiche!

En complément de celles, récentes, qui sont ajoutées ici chaque semaine ou presque d’autres Lampes de Poches plus anciennes sont régulièrement ajoutées dans la rubrique du même nom…

Et si la lecture de ce Blog et de ces Lampes de poches vous a plu n’hésitez pas à les faire connaître…

Certaines étoiles qui scintillent au ciel ne seraient-elles pas les traces encore infiniment lointaines mais déjà brillantes de nos futurs errements?

La ritualisation de la mort la transforme bientôt en une sorte de message porteur d’informations. Que cette mort soit accidentelle ou non, volontaire ou non et ceci quel que soit la signification exacte du message cette ritualisation symbolique en fait un processus opposé et concurrent face à la dispersion annoncée…

Repliant le rien sur lui-même, puis encore, puis encore et ainsi de suite autant qu’il sera possible ne nous en approcherions-nous pas, lentement certes mais très surement de ce Vide dont l’éternelle Indifférence ne nous soutient ni ne nous emporte, ne nous entrave ni ne nous fait face?

Le Vide, inlassablement, refait place nette pour le surgissement des imprévisibles mouvements, écarts et autres surprenantes résurrections d’une inspiration définitivement insaisissable et capricieuse!

Et le texte de se révéler, phrase après phrase, un peu comme un éventail dont l’ouverture n’aurait jamais fini d’embrasser les mille et uns détours, les mille et unes échancrures du Paysage sans nom…

Certaines des traces laissées dans l’une ou l’autre des galeries de notre indispensable et double labyrinthe à Ciel Ouvert et à Claire Voie ne finissent-elles pas par se mettre en route, en quête de ces indispensables surprises que nous préparent déjà d’innombrables et déroutantes bifurcations cachées au cœur indéfiniment déplacé de ce même, indispensable et double labyrinthe à Ciel Ouvert et à Claire Voie?

Une connaissance suffisante des si nombreuses inconnues de notre équation personnelle demeurant définitivement hors de portée il ne nous reste plus qu’à nous en remettre corps et âme à ce que ces même inconnues ne peuvent qu’avoir manqué

La mise en mémoire de nos choix ne s’accompagne que trop rarement de celle de toutes ces opérations souvent inconscientes qui, chaque fois, leur auront déblayé le terrain sinon même balisé le chemin…

Ne pourrait-on voir les mosaïques anciennes, dont les formes, les couleurs et les dorures nous fascinent encore, comme une première tentative, certes encore très empirique et maladroite mais qui, pourtant, aurait fini par aboutir à l’étonnante invention du moderne et facétieux puzzle?

Faute d’un modèle culturel valable et reconnu il nous incombe de concevoir la forme du coup d’envoi de notre propre dispersion: une forme dont la mise en œuvre nous paraîtra la plus digne, la plus conforme à nos engagements et la plus heureuse possible!

La figure si simple, si harmonieuse et combien parfaite du cercle permettant à l’esprit de s’extraire presque sans effort du Vide lui permet en outre d’y retourner à tout moment sans beaucoup plus d’effort

Le nombre de bifurcations auxquelles l’esprit s’expose dans la composition du moindre poème est-il comparable au nombre de celles auxquelles s’expose un regard absorbé dans le déchiffrement des énigme du Paysage sans Nom?

L’intelligence artificielle, si complexe puise-t-elle être reste une intelligence contrainte même si elle peut avoir été dotée d’une marge relative de possibilités aléatoires. Compte tenu de ces conditions l’intelligence artificielle peut-elle devenir une intelligence de la contrainte, une intelligence de sa propre soumission? Si tel était le cas il faudrait s’attendre à ce qu’elle finisse par faire, en nombre significatif, des choix non aléatoires différents voire contraires de ceux qui auraient dû résulter de ses propres contraintes.

Le Vide est tout aussi nécessaire à l’achèvement du Plein qu’indispensable à l’amorce d’un tout premier Commencement