A l’affiche!

Ce que nous ne pouvons pas nous empêcher de vivre comme un choix et une décision prise pour l’une ou l’autre des dimensions de notre imprévisible et double labyrinthe est chaque fois une nouvelle bifurcation franchie ou traversée dans l’une comme dans l’autre des dimensions de ce même, indispensable et double labyrinthe à Ciel Ouvert et à Claire Voie.

Le Grand Silence n’ayant jamais répercuté que l’écho du Seul Grand Vide n’attendons rien de lui que l’annonce de ces innombrables bifurcations qui, dans notre indispensable et double labyrinthe à Ciel Ouvert et à Claire Voie, ne nous attendront jamais que pour mieux nous surprendre

Le cadre nécessaire au fonctionnement de la démocratie ne saurait être ni consolidé ni réparé au moyen de fils de fer barbelés! Pour autant l’indispensable souplesse de se cadre ne saurait être éprouvée au point d’entraîner des déformations ou des dommages susceptibles de compromettre le fonctionnement libre et équitable de cette même démocratie. La résistance de ce cadre se manifester sous formes de contraintes rendues nécessaires à son maintient.

Pour un esprit volontiers imprévisible et souvent capricieux quoi de mieux qu’un Pari renouvelable sur l’inconséquente Générosité du plus Grand des Hasards?

La délibération continuée, dans le moment même où elle s’ouvre à l’accueil et à l’intégration d’une diversité de langues, s’ouvre à l’élargissement, à l’approfondissement et au renouvellement de ses propres ressources morales et spirituelles.

L’Horizon d’Universalité concrète dont la Science ne cesse de concevoir, de traquer et de relier les indices épars offre à un esprit toujours aussi imprévisible et capricieux la perspective que du même puisse se manifester dans l’autre, du différent dans le semblable et de l’identique dans la différence…

L’Homo touristicus est prêt non seulement à beaucoup sacrifier mais encore à tout saccager pour obtenir quelques images d’un bonheur affiché d’avance, aseptisé et vendu par lots ou en série!

Car c’est en nous efforçant de replier le Temps sur lui-même qu’il nous arrive de sentir le frôlement de ces ondes qui, venues des profondeurs d’un inaccessible Passé, ne cessent de faire retour dans les insondables réserves de l’Avenir

Chaque bifurcation rencontrée dans notre labyrinthe extérieur peut nous renvoyer à une ou plusieurs bifurcations de notre labyrinthe intérieur qui, chacune à leur tour, contiennent déjà et en puissance la possibilité de rencontrer de nombreuses nouvelles bifurcations de ce même et indispensable labyrinthe extérieur…

La logique de l’écriture alphabétique nous entraîne toujours plus avant vers ce qu’il faudrait encore découvrir, conquérir ou construire tandis que celle des écritures pictographiques ou idéographiques semble toujours à nouveau ramener vers ce qu’on possède déjà sans toujours s’en être rendu compte…

La Chance que nous réserve le Grand et Généreux Hasard ne s’attrape chaque fois qu’au vol et toujours en dépit d’une sombre, aveugle et aveuglante Nécessité!

Ils y en a qui courent comme s’ils fuyaient leurs propres ombres et d’autres comme s’ils voulaient leurs marcher dessus: peu gardent le calme de ceux qui savent que ces mêmes ombres appartiennent déjà depuis longtemps aux masques d’une Ultime, très excitante et très insaisissable Vérité.

L’Horizon d’Universalité concrète qui rend possible la progression coordonnée des sciences est bien le même qui permet à chaque délibération particulière, légitime et légitimante d’élargir sa perspective à celle d’un Bien commun susceptible d’être reconnus par l’ensemble des différentes délibérations propres à chaque territoire particulier.

De l’Impossible du Grand Amour la seule chose dont nous soyons véritablement sûr est d’en avoir plus d’une fois vu passer l’ombre fugitive et dansante à portée de main

Quelle phrase enfin pour éclairer jusqu’au moindre détail l’une ou l’autre des parois de notre labyrinthe, en relever les arrêtes ou les aspérités, en redessiner plus clairement les ombres plutôt que de les éclaircir en les atténuant jusqu’à les faire complètement disparaître?

Dans l’attente du plaisir il est souhaitable que soit ajouté au plaisir de l’attente juste ce qu’il faut d’impatience pour étirer ce présent du plaisir vers son plus proche avenir…

Du Seul point de vue de l’avare Nécessité notre zigzagante trajectoire dépend d’une équation dont le nombre d’inconnues ainsi que leurs valeurs respectives nous le resterons encore longtemps!

Dans l’échange et le partage des caresses chacune des parties du corps de l’autre est une chance offerte pour relancer la partie…

Le génie se réveille, esbroufe et s’impatiente, tandis que le castor continue la construction du barrage…

Le philosophe s’intéresse à tout ce qu’il peut absorber sans toujours le bien digérer, écartant dédaigneusement le reste, tandis que le poète réagit à ce tout ce qui le fait vibrer la corde où il s’élance parfois même les yeux fermés…

Dans l’échange et le croisement, le partage et l’emmêlement d’amoureuses caresses c’est bien la peau de l’autre toute entière qui peut s’offrir à nous comme une extension souple, tiède et parfois même brûlante de notre indispensable et double labyrinthe à Ciel Ouvert et à Claire Voie

Car c’est en renonçant à vouloir se regarder dans les yeux de l’Ultime et insaisissable Vérité qu’on approchera plus sûrement et probablement sans s’en rendre compte de l’Ultime et bienveillante Sagesse…

En tant que cause formelle et finale de la délibération continuée le Contrat social ne cesse d’inspirer d’innombrables et foisonnants discours tandis que le Peuple, en tant que cause matérielle et efficiente de ce même Contrat, ne cesse, au travers de ces mêmes discours, de revendiquer pour des intérêts sur lesquels, précisément, il ne cesse de délibérer…,

La question du droit des animaux qui, en principe, devrait être aussi celle de leurs éventuels devoirs, ne devrait-elle pas tenir compte de la possibilité qu’ils puissent un jour en comprendre la signification et les enjeux? Et cette possibilité n’est-elle pas à prendre tout particulièrement au sérieux pour tous ceux qui refusent de se laisser apprivoiser?

Dans l’échange et le partage d’un enchevêtrement d’amoureuses caresses le « je » et le « tu » ne s’échangent et ne se croisent que dans l’heureuse perspective d’un « nous » qui ne se laisse approcher que s’échapper encore

La plus grande générosité consiste déjà à s’adresser à ce qui, pour dans l’autre, se tient toujours déjà au-delà de cette implacable et Commune Nécessité qui ne cesse de nous assiéger et de nous habiter pour mieux nous emporter et nous disperser jusqu’au-delà de l’Horizon…

C’est dans l’échange et le partage, l’enroulement puis le déroulement d’un écheveau d’imprévisibles et brûlantes caresses que la peau de l’autre peut nous faire le plus immédiatement et le plus intensément signe comme peau de l’autre labyrinthe…

La fascination partagée pour ces multiples écrans où se bouscule nuit et jour une succession d’images tronquées continuellement accompagnées d’innombrables commentaires en boucle nous empêchera-t-elle encore longtemps de regarder par la fenêtre?

L’abri de notre fantaisie doit avoir une porte pour aller dans le monde, s’y exposer aux rencontres, s’y reconnaître parfois et si possible s’y perdre.. Cette même porte permettra, le moment venu, de s’y mettre pour un temps à l’abri en compagnie du partage de nos plus intimes fantaisies! Cet abri devra aussi avoir ses fenêtres s’ouvrant à l’air, à la lumière et au spectacle toujours bruissant d’un Univers aux incessantes et parfois même très spectaculaires métamorphoses…

Si le début est déjà clair, net, plein de promesses et si, en outre, le milieu ne cesse de s’enrichir d’imprévisibles digressions qu’attendre de la fin sinon qu’elle se fasse attendre !

Ni la pitié ni la tristesse ne se mêlent volontiers l’admiration. La joie, par contre, la suit de près avec tout de même parfois une pointe de jalousie!

Le partage de cet Horizon d’Universalité concrète qui rend possible les avancées de la science doit permettre de concevoir, de mettre en œuvre et de renouveler les conditions d’une heureuse cohabitation de nos différences, particularités et autres fertiles fantaisies. Et c’est ce même Horizon commun et partagé qui, pour la Délibération, rend possible la perspective d’une ouverture indéfinie de la communauté qui la fonde à l’ensemble de ceux qui ne sont pas encore nés

Le droit de s’exprimer en quelque langue que ce soit n’implique pas nécessairement celui d’être compris, de même que le devoir d’écouter ne saurait exclure celui de s’endormir…

On ne jouera jamais de meilleur rôle, avec les meilleurs partenaires et les meilleures répliques, les plus spirituelles ou les plus tranchantes, que dans notre Seul petit théâtre intérieur et privé.

Les droits que chacun peut légitimement faire valoir sont immédiatement un devoir de les respecter pour d’autres qui, en principe, sont également et réciproquement en droit de les faire valoir. Les enfants ne deviennent que progressivement moralement et juridiquement comptables des devoirs impliqués par les droits qu’on leur accorde. L’un des objectifs de l’éducation étant de parvenir à cet équilibre et à cette réciprocité qui autorisera le passage à l’état d’adulte et à la citoyenneté

En prolongeant l’espérance de vie ou de survie de l’humanité sur Terre on accroît automatiquement ses chances d’entrer en contact avec une civilisation extra-terrestre et la probabilité qu’elle soit en mesure de nous envoyer quelque providentielle bouée de Sauvetage cosmique!

Expérimenter le Vitesse dans l’apparence de l’immobilité la plus parfaite!

On n’apprivoisera jamais mieux le Temps qu’en ne cessant de l’étirer à l’intérieur de soi pour l’enrouler autour des tours et détours d’une lenteur qui ne se maintiendra jamais qu’à l’extérieur…

La perspective d’une inéluctable disparition de l’espèce humaine en précipite certains de ses représentant dans la quête effrénée d’une jouissance de prédateurs tandis que d’autres se contentent de prolonger au mieux l’expérience d’une palette de plaisirs choisis, mesurés et partagés. Certains parviennent à cultiver l’illusion rassurante d’un miracle possible!

Le nœud toujours à nouveau déplacé de notre indispensable et double labyrinthe à Ciel Ouvert et à Claire Voie n’est jamais très éloigné du centre mobile et rayonnant de cet inextricable et foisonnant réseau de neurones enchevêtrés dont l’esprit, toujours aussi imprévisible et capricieux, ne cesse d’exploiter les ressources inattendues

C’est toujours à nouveau grâce aux possibilités insoupçonnées du Sens que les significations s’ouvriront à de nouvelles et très stimulantes perspectives…

La laïcité de l’État est bien cette Case vide mais réglée permettant à toutes sortes de croyances, convictions ou absence de convictions de cohabiter le plus pacifiquement possible tout en bénéficiant d’une liberté aussi équitablement répartie que possible…

Le droit de propriété ne devrait-il pas donner à chacun la possibilité de disposer, à l’abri de regards indiscrets comme d’oreilles inquisitrices, d’un lieu de vie propice à sa fantaisie la plus libre, la plus secrète et la plus authentique!

Certains de ceux qui applaudissent en chœur ne s’applaudissent-ils pas surtout eux-mêmes de le faire si bien et avec un enthousiasme si communicatifs ?

Ce qui se dit ou s’écrit ne s’adresse-t-il pas tout autant à ce qui a déjà été dit ou écrit qu’à ce qui ne l’a pas encore été et ne le sera peut-être jamais ?

L’homo touristicus qui, dorénavant, se répand aux quatre coins de la Terre est capable de payer fort cher pour assister en direct au spectacle d’une catastrophe à laquelle il contribue lui-même allègrement en exigeant d’y assister aux premières loges, avec un maximum de confort et de sécurité!

Le cadre réglé nécessaire au maintient d’une cohabitation heureuse et pacifique entre les innombrables et souvent très surprenantes élucubrations rendues possibles par la démocratie ne contiendrait il pas, pour tout despotisme à venir, une irrésistible opportunité? Pour se développer en effet ce despotisme n’hésitera jamais à prendre un masque démocratique tout en utilisant pour lui-même, le plus discrètement possible et sans le moindre scrupule, les moyens de contrôle, de propagande et de surveillance mis à sa disposition par la techno-science la plus sophistiquée.

L’Horizon d’Universalité concrète qui guide le discours de la science et dont elle contribue à maintenir l’actualité est bien le Seul Horizon permettant à la Délibération continuée de s’unifier et de se maintenir, de se renouveler et de s’enrichir. Ce mouvement délibératif qui, nécessairement, accompagne la succession des générations est bien, en effet, tributaire d’un pari constant sur la possibilité d’un accord toujours renouvelable concernant la valeur des multiples enjeux qu’il s’agit d’examiner.

Au-delà des divergences parfois brutales que la diversité foisonnante d’intérêts toujours contextualisés ne peut manquer de susciter l’objectif que la Délibération continuée devrait ne jamais perdre de vue est bien le maintient, la consolidation et de l’enrichissement de ses propres conditions d’existence

La reconnaissance et la validation par la délibération continuée d’un projet ainsi que des moyens nécessaires pour sa mise en œuvre engendre une volonté commune à laquelle revient la responsabilité de cette mise en œuvre. Cette volonté se concrétise grâce à l’institutionnalisation d’un pouvoir reconnu légitime, réglé et contrôlé par cette même délibération continuée.

Que dire de la pensée sinon qu’elle mouline toujours à grande vitesse même si c’est parfois à vide! L’esprit Seul pour lui apporter son grain de sel, son grain de sable ou bien son étincelle!

Certaines phrases demandent à être saisies, étirées puis tendues presque jusqu’à leur point de rupture et parfois même sans la moindre ponctuation ou presque!

L’atrophie méthodiquement provoquée du sentiment de la pitié associée au développement systématique d’une haine manipulée et contrôlée constitue un ressort quasi indispensable utilisé par tout despotisme pour mobiliser au service d’une cause qui n’est au fond que l’alibi et le masque d’une domination qui est sa seule véritable raison d’être.

La forme démocratique est susceptible d’être appliquée et mise en œuvre par des communautés particulières coexistant les unes avec les autres à un moment donné et sur des territoires respectifs déterminés, la Délibération continuée ne pouvant s’établir dans chacune de ces communautés que dans la perspective d’un horizon particulier, commun et partagé. L’élargissement de la délibération à plusieurs de ces communautés et peut-être même pour finir à la totalité d’entre elles n’est donc possible que par un élargissement et un recouvrement progressif de leurs Horizons communs particuliers. Partant de là c’est bien l’Horizon d’Universalité concrète dont la science fournit le modèle qui constitue comme le modèle ou le telos d’un tel processus de progressive mise en commun.

Dans le processus de la traduction la langue qu’on traduit ne cesse de tendre à celle dans laquelle on cherche à la traduire le miroir de ses possibilités insoupçonnées…

Quand les Hommes en vinrent à décider du nom d’un dieu voire de nombreux noms pour de nombreux dieux c’est à la Générosité du Grand Hasard qu’ils durent une bonne part de leur inspiration première!

Qu’on y croit ou pas un nom de dieu ou pour dieu reste bien pratique et nous savons en outre qu’en de certaines circonstances les effets produits seront sans équivalents

L’égalité des droits de chacun à participer le plus librement possible à la Délibération continuée est le fondement de la démocratique et ceci d’autant plus sûrement que la participation à cette délibération est une participation immédiate au pouvoir de choisir les objectifs à atteindre en commun ainsi que les moyens jugés appropriés pour y parvenir.

La diversité des langues dites naturelles constituerait un véritable défi pour la Délibération dans la mesure où chacun se verrait accorder le droit de s’exprimer dans une langue de son choix et en usant de toutes les particularités ou nuances propres à cette même langue! Cette diversité est déjà un défi dans la mesure où chaque Délibération particulière, liée à un État particulier et à la langue qui lui est associée, tend à s’ouvrir et à s’élargir à travers des accords et des traités. Un tel défi ne peut être relevé qu’en reconnaissant la tâche de la traduction non seulement en tant que moyen rendant possible le passage d’une langue à l’autre mais encore en tant qu’enrichissement des perspectives ouvertes sur la possibilité d’un Horizon commun à de l’ensemble des différentes Délibérations particulières

Le défi que pose à la démocratie la constante possibilité qu’un courant majoritaire se dessine en faveur de ce qui pourrait conduire à son renversement est le constant défi auquel doit répondre la nécessité d’une éducation appropriée à l’esprit de la démocratie. ne peut être relevé que par le pari d’une éducation appropriée. Lorsqu’une telle menace se précise il n’est pas exclu qu’un homme ou un groupe d’hommes, prenant le pouvoir au nom de ce risque, prétende la préserver en prenant la responsabilité de sa suspension provisoire. Bien sûr la question de savoir si un tel Homme ou un tel groupe d’hommes resterait fidèle à son engagement initial ne peut qu’inviter à la plus grande prudence.

Lorsque nous nous apprêtons à faire souffrir un animal c’est tout autant la pitié que nous éprouvons pour lui que l’estime que nous nous portons qui devrait nous guider et peut-être bien nous arrêter plutôt que l’idée d’un droit dont il y a fort à parier que l’animal concerné n’a pas encore une idée bien claire!

Il est parfois bon sinon même salutaire de se rappeler que la démocratie, n’ayant pas été inventée pour nous rendre immortels, tant sur le plan individuel que collectif, pourrait tout de même nous aider à rendre plus supportable sinon même excitante, la perspective d’un achèvement des si surprenants détours de l’aventure Humaine!

Certains rêvent d’une cabane en forêt tandis que d’autres s’efforcent par tous les moyens d’acquérir la plus grande partie de cette même forêt afin de l’exploiter le plus rapidement possible au moyen de machines toujours plus puissantes et destructrices afin d’en obtenir un maximum de profit en un minimum de temps.

La science qui, confrontant de manière systématique et grâce à des hypothèses choisies ses nouveaux modèles théoriques avec des observations obtenues parfois à l’aide d’expériences de plus en plus sophistiquées, poursuit inlassablement son chemin en quête de vérités nécessairement provisoires et relatives. Cette quête sans fin et les résultats qu’elle obtient constitue une référence et un modèle indispensable pour permettre aux différentes Délibérations particulières d’échanger sur leurs éventuels différents tout en se maintenant dans la perspective d’un Horizon d’Universalité concrète, commun et partagé…

curseur de relecture

La très ancienne et miraculeuse invention du boomerang force d’autant plus l’admiration que l’on sait maintenant que ceux qui la réussirent eurent longtemps la sagesse de s’en contenter.

Il est possible que ceux qui participent à la délibération continuée puissent bénéficier d’un temps de parole équitablement réparti mais il est impossible de leur assurer que, dans le même temps, ils seront véritablement entendus et surtout compris!

A mesure que la forme démocratique du régime politique se transforme, se corrompt et tend vers la forme despotique ceux qui, progressivement, réussissent à s’accaparer une partie grandissante du pouvoir développent de plus en plus ouvertement une propagande dont le contenu se radicalise à mesure que croît la puissance des moyens techniques déployés pour en étendre la diffusion et en accroître l’impact.

Relativement à l’espèce humaine les autres espèces vivantes, animales ou végétales, peuvent être vus soit comme des concurrentes et parfois même comme des ennemis ou bien, au contraire, considérées comme des alliés. Dans la plupart des cas ces espèces sont une inestimable ressource pour la curiosité, le développement du savoir et l’émerveillement. La Délibération humaine portant nécessairement sur la juste place de l’Homme dans le milieu naturel qui est le sien et dont il dépend doit donc évaluer la place qu’il est souhaitable d’accorder à ces êtres vivants pour, le cas échéant, la réduire et la contrôler sinon la supprimer ou bien, au contraire, la défendre, la protéger et peut-être même l’étendre dans le cadre d’une cohabitation qu’il nous appartient donc de régler.

Il nous est tout aussi impossible d’identifier à l’avance les innombrables bifurcations que le Grand et Généreux Hasard tient déjà en réserve pour les placer sur le futur parcours de notre indispensable et double labyrinthe à Ciel Ouvert et à Claire Voie que de nous remémorer l’ensemble de celles qu’il a déjà offert à nos indispensables et toujours très fertiles hésitations!

Car la langue pourrait bien être non seulement l’outil et son propre mode d’emploi mais encore l’unique matériau sur lequel il sera jamais possible de l’exercer correctement!

Entre la démocratie la plus accomplie et le despotisme le plus radical il y a de multiples stades intermédiaires possibles dont chacun se présente comme la domination d’un groupe plus ou moins étendu et homogène sur le reste de la communauté concernée. A l’une des extrémité de ce spectre il y a le despotisme intégral qui rétablit ironiquement l’égalité dans la soumission totale de chacun aux contraintes arbitrairement imposées par celui qui s’octroie le privilège d’en être dispensé. A l’autre extrémité de ce spectre on trouve l’idée d’une démocratie directe et permanente dans laquelle chacun pourrait à tout moment, au nom d’un droit de s’exprimer et, éventuellement, du devoir de chacun des autres à l’écouter intervenir pour faire valoir son point de vue sur ces mêmes droits et ces mêmes devoirs!

L’existence réelle, légitime et concrète de la forme démocratique reste constamment tributaire d’une délibération et d’un cadre qui doivent pouvoir maintenir pour chacun des membres de la communauté ou du peuple concerné(e)s la possibilité d’un choix renouvelable entre s’y inclure en y participant le plus librement possible ou bien la refuser et s’en exclure mais en s’exposant aux contraintes et aux sanctions jugées légitimes par cette même délibération…

Certains sont si désireux et pressés d’être reconnus comme comme des maîtres qu’ils finissent par se contenter de la reconnaissance, bruyante et servile, d’une assemblée de grenouilles!

La démocratie peut-elle éviter de nourrir en son sein ceux qui en deviendront les ennemis les plus décidés, les plus intelligents et les plus redoutables? L’éducation à la démocratie est aussi une éducation au droit que chacun possède de de la refuser et de s’en exclure comme à celui d’être informé des risques encourus à s’en déclarer l’ennemi et à agir, ouvertement ou non, dans le même sens…

Qualifions de politique toute tentative de réfléchir de façon aussi systématique que possible sur l’art humain de se gouverner collectivement à l’aide de règles ou de lois présentées comme nécessaires et légitimes pour atteindre un but jugé lui-même légitime et souhaitable. Une telle réflexion se présente donc immédiatement aussi comme une réflexion sur la légitimité de l’appartenance des individus à une telle communauté politique ainsi que sur celle de l’entrée et du maintient des nouveaux individus dans cette même communauté politique.Une telle réflexion se présente donc aussi nécessairement et de façon complémentaire comme une réflexion sur la possibilité et la légitimité pour chaque individu appartenant à une telle communauté politique de s’en exclure ou de s’y opposer.

Car c’est bien dans la mesure où elle intègre de très nombreux processus de feed-back en réseau que la démocratie nous apparaît comme la moins mauvaise des réponses politiques et humaines possibles face aux multiples, déroutantes et parfois même inquiétantes surprises que n’a pas fini de nous réserver l’insolente et capricieuse Générosité du plus Grand des Hasards!

Peut-on persévérer durablement et toujours avec le même sérieux en quête de l’Ultime et bienveillante Sagesse alors que tout, désormais, porte à croire que l’Ultime Vérité ne nous livrera jamais que les morceaux éparpillés et dispersés de son propre reflet?

Qu’il est tentant de n’attribuer de responsabilité qu’à ceux à l’égard desquels nous éprouvons déjà un ressentiment plein de sombres et douloureuses promesses!


Abonnez-vous à mon blog

Recevez directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception.