Divers recueils

Sous le ventre des papillons

J’ai mis toutes ces années pour bâtir dans mon cœur, avec des allumettes, une toute petite pagode rouge.

Lorsque la miniaturisation des caméras le permettra on pourra enfin les accrocher sous le ventre des papillons.

Quand il eut réussi à mettre le Monde entre parenthèses il prit tout ce qui restait et, sans plus tarder, le mit entre des guillemets que, par précaution, il gardait toujours à portée de main.

En ramollissant nos os la fatigue permettra de recoller les morceaux avec plus de sois.

Notre âme n’est-elle pas comme ce linge mis à sécher sur son fil? Pour qu’elle ne soit pas emportée lorsque le vent se lève, d’où qu’il vienne, il faut bien le pincer et en plusieurs endroits.

Pour que les orages soient plus doux et leurs nuages plus cléments il faut les tisser la nuit avec des fils d’argent.

Le pain était devenu si léger qu’on l’avait frémir, bouger puis s’élever dans l’air où il flotter maintenant à une dizaine de centimètres au-dessus de la table.

Les pêcheurs à la ligne nus sous la pluie et les yeux mis clos, se balancent lentement d’avant en arrière en émettant de faibles mais déchirants gémissements. De temps en temps, l’un d’entre eux, hurlant de joie, tire violemment sur sa canne et sort de l’eau un crucifix luisant couvert d’écailles.

Vous vérifierez soigneusement le serrage des écrous d’osier avant de placer le panier sur la ligne de départ.

Nous devons constamment reformuler la phrase que nous aimerions prononcer au moment de notre mort, avec des roses dans la bouche.

Riches râteaux rompus des rêves obstinés votre patience superbement ignore, l’ange abrupt des orages.

Les jeunes chercheurs d’humanité, dévorant de petite bonheurs mal éteints, tournent le dos à la lente mais inexorable montée des eaux.

Alors on s’est allongés nus : pour sentir l’herbe et mordre le Silence.

C’est parce que la musique déplie l’espace à l’intérieur et que la douce opacité de tes ongles a labouré de joie mes paupières épouvantées que je te couvrirai de baisers ronds comme des cartes postales.

Des applaudissements de jade accompagnaient notre prière, un clocher de mousse nourrissait nos entrailles de lichen : elles espèrent encore que les étoiles n’aient pas dit leurs derniers mots.

La pluie de rosée qui m’accompagne à la gare éclatera surement de rire en apprenant que ma valise en carton ne contient qu’un aquarium gonflable et trois cuillers en peau de léopard.

Cherchez tranquillement puis laissez sauvagement l’opulence d’un Jardin des délices.