LAMPES DE POCHE

(629)Tous ces innombrables efforts déployés sans compter et parfois même jusqu’à épuisement pour conquérir une gloire qu’on voudrait immortelle n’auront peut-être pas été aussi vains que certains se plaisent à le croire si l’essentiel est d’y avoir cru!

(630)L’Inépuisable de la transcendance n’a de cesse de s’accomplir en nous, pour nous et tout autour de nous dans l’Omniprésence du point de fuite…

(631)Car c’est en scrutant avec toujours plus d’obstination les vestiges de nos plus anciennes traces qu’on finira immanquablement par y découvrir et par y déchiffrer d’indéniable et très stimulantes promesses d’avenir…

(632)L’interminable et Généreux mouvement qui, constamment, emporte l’envers comme l’endroit d’innombrables apparences toutes plus chatoyantes les unes que les autres ne se heurtera jamais qu’à l’éternelle, Omniprésente et très accueillante indifférence du Grand Vide

(633)Et c’est avant tout grâce à cette imprévisible générosité du style que nous continuons à célébrer avec autant de grâce que de légèreté cette inévitable et très inconséquente Contingence qui ne nous entoure, ne nous traverse et ne nous emporte que pour mieux nous retourner, nous égarer et nous disperser aux quatre Coins d’un Univers aux multiples métamorphoses…

(634)L’inconcevable de la fin permettra-t-il de mieux saisir l’insaisissable du commencement?

(635)Et pourquoi le pouvoir d’attraction de certaines questions ne s’étendrait-il pas jusqu’aux limites extrêmes de cet immense et bourdonnant territoire constamment parcouru d’innombrables et vains bavardages?

(636)Si l’indomptable Générosité du plus Grand et du plus inconséquent des Hasards ne cesse de nous secouer et de nous bousculer, de nous tourner et de nous retourner encore et encore c’est bien que, grâce à lui, l’Inconcevable du Néant ne saurait opposer que l’Eternelle et Omniprésente indifférence du Grand Vide

(637)Que l’impatiente beauté du Cadre accueille et provoque en nous toute lutte comme toute danse amoureuse!

(638)Pourquoi s’obstiner à la recherche d’une Ultime et bienheureuse sagesse si ce n’est dans l’espoir fou de pouvoir goûter enfin un peu de l’Ivresse du premier matin?

(639)Et c’est parce qu’il ne peut pas ne pas se donner lui-même tout entier, à tout moment et toujours avec la plus grande Générosité que le Hasard imprévisible et capricieux n’a cessé, ne cesse et ne cessera de conserver pour lui l’Insaisissable de ses propres traces

(640)Car c’est sûrement aussi jusqu’au-delà de tous les possibles de l’Horizon qu’il nous faudra continuer à mettre un peu de notre souffle à l’abri…

(641)Se retrouver confronté à un jugement parfaitement grotesque ou absurde ne constitue-t-il pas pour l’esprit une occasion rêvée pour tester sa propre capacité à rebondir ou à bifurquer, à se contracter ou à s’étirer mieux qu’un élastique, voire même à disparaître dans un immense éclat de rire?

(642)L’imprévisible et généreuse inconséquence du plus Grand des Hasards ne nous aura donc jamais guidé qu’en nous désorientant et pour finir le plus souvent par nous perdre dans une forêt de signes ou symboles étranges, mystérieux emblèmes et autres indéchiffrables énigmes…

(643)Face à l’inévitable et néanmoins très prometteuse dispersion annoncée l’apparente immobilité de ces lettres toutes plus indifférentes les unes que les autres ne peut que nous inciter à progresser avec plus de lenteur et de précautions à l’intérieur de notre indispensable, imprévisible et double labyrinthe d’écriture à Ciel Ouvert et à Claire Voie

(644)Il ne faut pas craindre les miroirs et même oser les regarder bien en face: ne serait-ce que pour corriger un tant soit peu une très ancienne, très tenace et très chimérique croyance en notre propre profondeur.

(645)Notre méchanceté enfin sous contrôle n’oublions pas d’en exploiter l’inépuisable fiel!

(646)Si on scrute suffisamment longtemps et avec suffisamment d’attention l’une ou l’autre des parois de notre indispensable et double labyrinthe à Ciel Ouvert et à Claire Voie on finit toujours par y découvrir de minuscules détails, d’infimes indices permettant de rallonger un peu cette improbable et généreuse suite d’imprévisibles bifurcations…

(647)Après tant de pirouettes, retournements et autres acrobaties l’esprit, toujours aussi imprévisible et capricieux admettra-t-il enfin que les plus modestes des minuscules puissent valoir autant et parfois même beaucoup plus que les plus fières ou les plus arrogantes des majuscules?

(648)Ne serait-ce pas avant tout pour y rendre notre parcours aussi inimitable que définitivement injustifiable que nous nous plaisons à emprunter et à explorer les moindres pistes, anfractuosités et autres précieux culs de sac de notre indispensable et double labyrinthe à Ciel Ouvert et à Claire Voie?