LAMPES DE POCHE

(968)Si le braconnier de l’impossible et Grand Amour conserve encore quelques Chances de saisir un jour sa proie c’est qu’il n’ignore ni l’art de la ruse, ni celui du masque ou de la dissimulation…

(969)Notre indispensable et généreuse Bonté n’appelle aucune autre réciprocité qu’involontaire, imprévisible et capricieuse…

(970)C’est toujours en en éprouvant le plus délicieux des frissons que le poète finit par s’offrir en sacrifice à l’impatience d’une armada d’exégètes inspirés toujours prêts à fournir les plus séduisantes comme les plus astucieuses interprétations!

(971)La principale vertu de l’indéracinable croyance au libre-arbitre réside bien dans cet énigmatique pouvoir qu’elle possède naturellement de provoquer en nous une très euphorisante et parfois aussi très salvatrice concentration de l’énergie psychique disponible.

(972)Toute tentative d’appropriation, qu’elle soit physique, intellectuelle ou morale finira toujours fondue, effacée, fondue ou dissoute dans les irréversibles expansions d’un Univers aux innombrables métamorphoses

(973L’Acte Originaire et Créateur aurait-il pu faire autrement que de rester indéfiniment au seuil de sa propre temporalité?

(974)Prenons garde de toujours tout faire pour protéger au maximum cette part de notre temporalité constamment menacée par les impitoyables exigences de la productivité technique, de la rentabilité capitaliste et de l’optimisation fiscale!

(975)Ce que nous appelons Ouverture est bien ce qui ne cesse d’offrir à l’esprit la possibilité constamment renouvelée de s’élancer une fois encore à la poursuite de ses propres pirouettes, acrobaties et autres élucubrations!

(976)Quelle plus pure idée de l’absence que celle d’une absence d’idée?

(977)L’espérance jamais tarie en la possibilité d’empêcher enfin le bonheur de s’échapper est indissociable de cette très réjouissante capacité de l’esprit à surmonter ses propres doutes, à faire fructifier ses propres échecs et à rebondir sur ses propres interrogations…

(978)Quoi mieux que l’art de la photographie pour nous permettre de traquer, de capturer puis d’emaganiser d’une façon parfois totalement imprévue ou capricieuse les innombrables éclats d’un Monde fragmenté, d’un Monde fractionné, d’un Monde dispersé…

(979)Ce que nous appelons Transcendance aurait-il pu se montrer aussi convaincant sans cet Acte Originaire et Créateur qui, depuis le Tout début, n’aura donc cessé de s’accomplir lui-même et toujours avec la même indomptable énergie dans l’inépuisable et stupéfiant jaillissement de ses propres apparences?

(980)Le mieux que nous puissions faire pour parvenir enfin à une représentation vraiment convaincante de l’Ouvert est de commencer par celle d’un Vide aussi infiniment accueillant qu’éternellement Indifférent

(981)Que serait l’art de l’impossible Rencontre sans la perspective du plus intime et du plus desespéré des égarements?

(982)L’Avenir qui, déjà, se tient en réserve au-delà des possibles de l’Horizon ne doit rien à l’inconséquente Générosité du plus Grand des Hasards que ne lui doivent déjà et parfois même depuis un sacré bout de temps les traces d’un insondable et très irréversible passé.

(983)La jouissance dont il arrive parfois que nous reviennent les signes intermittents reste l’indéchiffrable de nos égarements…

(984)Les énigmatiques et capricieuses puissances de l’esprit sont les Seules sur lesquelles nous puissions véritablement compter face à la menace persistante d’un asservissement mental ou spirituel toujours plus sournoisement calculé, programmé et mis en oeuvre!

(985)La science et les techniques dont elle se sert pour repousser toujours plus loin son horizon ne cesse de dégager de nouvelles zones de Non-sens là où le Sens finira tout de même par repousser puis par s’étendre et proliférer jusqu’à nous menacer à nouveau d’un étouffement définitif.

(986)Au Seul écho de l’impossible et Grand Amour l’énergie, la force et l’élan de franchir encore et encore d’innombrables failles, ravins ou précipices et ceci tout particulièrement là où la musique des mots a depuis longtemps déjà été portée disparue

(987)Qu’on y croit ou qu’on n’y croit pas, qu’on l’accepte ou ne l’accepte pas, l’Ouverture intérieure et toute spirituelle reste la principale condition de possibilité de ces multiples points de vue grâce auxquels nous n’aurons donc cessé de nous projeter nous-mêmes, tournant et tournoyant le long d’innombrables perspectives qui, par bonheur, sont autant d’indispensables lignes de fuite!

(988)A l’intransigeance du dogme préférons la valse de nos hésitations, aux raisons grisonnantes du scepticisme l’élan d’une inaltérable naïveté, aux troubles séductions de l’hérésie la quête obstinée, joyeuse et tâtonnante d’une Ultime, insaisissable et bienfaisante Vérité…

(989)Car c’est assurément par la Seule Voie de l’Ouverture que nous continuerons de nous précipiter souvent même tête baissée et les yeux fermés à la poursuite de nos propres pirouettes, cabrioles et autres stupéfiantes acrobaties mentales ou spirituelles